Emboitement

2011

L’exposition réunit sculptures et collages.

D’une part, la sculpture.

L’idée est de rendre opaque des espaces négatifs produits par mon corps lorsque j’articule mes jambes, mes bras et mes doigts. Tous mes restants de matières premières (résine, plâtre, ciment, cire, etc.) et mes objets inutiles sont utilisés pour remplir un espace vide. La matière est cumulée en couche et c’est dans le processus même de cette accumulation que la trace fragmentée du corps se dévoile.

En résulte des sculptures organiques, dont la trace du corps est plus abstraite.

D’autre part les collages.

Chaque collage est une étude du volume et de la surface d’une sculpture que je crée simultanément à l’atelier pour le projet Emboitement. Ce sont des collages de papier Kraft sur papier BFK Rives.

Le collage par superposition est une stratégie que j’emploie pour saisir la forme et le volume d’un objet complexe. Confrontée à ma difficulté à comprendre la tridimensionnalité des sculptures en cours de réalisation, je choisis d’accorder mon attention à la surface de chaque sculpture placée devant moi. Le papier Kraft, disponible à l’atelier, m’apparait le support idéal pour la technique du tracé de contour, méthode employée pour extraire les diverses variations de surfaces observées.

Expositions :

Arprim, Centre d'essai en art imprimé, Montréal, Qc